Allergie au pollen, anticiper l’arrivée des beaux jours

Posté par cedseo le 26 avril 2013

Allergie au pollen, anticiper l’arrivée des beaux jours dans Eco-Santé 1301030_36191602-300x210

Le réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) à publié le 22 avril 2013 un bulletin d’alerte au pollen de bouleau. 88 départements Français sont placés en alerte rouge pour les allergies. De quoi faire déchanter les 20% de la population souffrant d’allergie respiratoire.

 

 

Cette année est une année particulièrement dure pour tous les allergiques, et pour les autres aussi.  Le froid à tout d’abord provoqué un phénomène de blocage de pollinisation suivit de l’apparition de températures plus élevées qui ont entraînées des concentrations de pollen supérieures à la normale. Ainsi, les symptômes vont être plus élevés et risquent de toucher plus de gens. Les pollens peuvent provoquer des réactions très contraignantes chez les personnes allergiques : conjonctivite, rhinite, picotement des yeux et du nez, crises de toux ou asthme, obstruction nasale, éternuements et même maux de tête.  En augmentation depuis 20 ans, les réactions au pollen varient en fonction des personnes et de la quantité émise. La prévention, le traitement médicamenteux et la désensibilisation sont autant de possibilités pour se protéger des risques d’allergie.

 

La prévention

 

1414022_97211000-300x200 dans Eco-Santé

La prévention tout d’abord. Le plus simple est en effet d’éviter de s’exposer à ce à quoi on est allergique.

-          Eviter d’aller à l’extérieur durant les pics polliniques

-          Fermer les fenêtres chez vous et en voiture

-          Eviter de se déplacer en vélo ou en scooter ou au moins porter des lunettes

-          Eviter les sports de plein air

-          Se laver les cheveux et le nez avant de dormir

-          Ne pas étendre du linge dehors

-          Ne pas tondre le gazon

Attention, le taux de pollen augmente si il y a beaucoup de vent ou avant un orage.


Les médicaments

 

Si vos symptômes sont importants, il est conseillé d’aller voir votre médecin généraliste qui vous recommandera un allergologue. En effet, les rhinites allergiques favorisent les problèmes respiratoires et l’asthme : entre 30% et 40% des personnes allergiques au pollen risquent d’être sujette à l’asthme. Pour diminuer les symptômes, des antihistaminiques par voie orale peuvent être prescrits. Ils seront pris en cas de crise ou durant toute la période de forte concentration de pollen. Attention, ces traitements permettent de mieux supporter les crises mais ne sont pas des traitements permettant de soigner ou de limiter  l’allergie sur le long-terme. Dès la fin du traitement, les troubles reprennent et les symptômes peuvent empirer.  Le seul moyen de ne plus être allergique est de se faire désensibiliser.

 

 La désensibilisation

 

La désensibilisation ou immunothérapie spécifique est un traitement curatif contre l’allergie et est le seul traitement. Classée en tant que vaccination par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), elle est le seul traitement qui s’attaque directement à la cause du problème.

Pour qui ?

Elle s’adresse aux personnes :

-          Exposées aux risques allergènes au minimum un mois par an

-          Ayant au maximum trois allergènes différents

-          Présentant une rhinite, conjonctivite ou un asthme modéré dû aux pollens, aux acariens et aussi, mais peu souvent, aux poils de chats et chiens

-          Agées de plus de 4 ans

Le traitement sera envisagé uniquement après bilan complet chez un allergologue et après échec du traitement par médicament classique. Au cours de ce bilan, l’allergologue effectuera un test pour déterminer les allergènes dont souffre le patient, questionnera le patient sur ses habitudes de vie (tabac, pollution, animaux, environnement professionnel) et évaluera les éventuelles contre-indications au traitement.  De plus, avant de commencer le traitement, il faudra que la situation allergène soit stable. Prenez rendez-vous chez votre allergologue pour savoir si vous pouvez bénéficier d’un de ces traitements.

Les méthodes :

Il existe deux méthodes de désensibilisation :

  1. Par voies injectables : Injection sous forme de piqûres de dose progressivement croissante de l’extrait allergénique.  La phase post-injection doit être attentivement surveillée car cette méthode peut entraîner des effets secondaires indésirables.
  2. Par voies subliminales : Dépôt de gouttes de produit allergénique sous la langue. Cette méthode est majoritairement utilisée car elle est aussi efficace est présente moins de risques.

La personne allergique gagne à commencer son traitement le plus tôt possible. En effet, la désensibilisation n’est efficace qu’à long terme (trois ans minimum) et les chances pour que le problème se règle tout seul sont très faibles.

Le remboursement :

Cette pratique est remboursée par la sécurité sociale à 65% maximum, en fonction de la nature et de la durée du traitement.  En effet, la méthode subliminale n’est remboursée qu’à hauteur de 15%.

Certaines mutuelles prennent en compte le complément, en fonction de votre contrat. Pour connaitre les mutuelles qui remboursent ces pratiques, rendez-vous sur Bonne-assurance.com, les conseillères de ce comparateur d’assurance gratuit sauront vous conseiller au mieux dans le choix de votre mutuelle.

 

Laisser un commentaire

 

Ostéopathe à Paris |
Blog mutuelle - Blog assura... |
L' enfant A Venir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une maladie invisible, mais...
| SANTENERGIE
| Blog - Mutuelle sante