Les médecines douces

Posté par cedseo le 2 mai 2013

Les médecines douces dans Eco-Santé 1349598_74965855-300x286

Souvent critiquées par les praticiens de médecines classiques, les médecines douces connaissent cependant un succès indéniable. Les salons concernant ce thème se multiplient comme le salon Parallèle, le 4 et le  mai 2013 au Cineyexpo en Belgique.

Qu’est-ce que la médecine douce ?

Les médecines douces diffèrent des pratiques de médecines traditionnelles. On les surnomme également médecines parallèles, thérapies complémentaires, médecines alternatives ou encore médecines non conventionnelles. Non reconnues officiellement, elles plaisent pourtant car elles utilisent des moyens exclusivement naturels.

Ne remplaçant pas des traitements médicamenteux, elles sont utilisées la plupart du temps en complément des soins traditionnels. Elles constituent autant de façon d’améliorer son bien-être sans augmenter le nombre de médicaments ingurgités. Bien que n’agissant pas sur la guérison directe, les médecines douces peuvent aidées à supporter les traitements lourds tels que la chimiothérapie en cas de cancer.

Plus d’une dizaine de thérapies sont comprises sous l’appellation « médecines douces ». Elles se classent dans différents groupes :

-          Médecine se rapportant aux troubles fonctionnels du corps humain comme par exemple :

  • L’ostéopathie : emploi de différentes formes de palpations et manipulations afin de résoudre les troubles fonctionnels du corps
  • La massothérapie : emploi thérapeutique du massage
  • La chiropratique : utilise les spécificités du système nerveux pour prévenir et diagnostiquer les disfonctionnements du système musculo-squelettique

 

-          Thérapie utilisé pour les soins généraux :

  • Homéopathie : guérir en administrant une petite quantité de médicaments qui produisant des réactions analogues à celle des maladies
  • Médecine traditionnelle chinoise : veut comprendre l’être humain dans son ensemble, gestion de l’équilibre interne
  • Etiopathie : guérir en s’attaquant aux causes profondes de la maladie

 

-          Thérapie portant sur les soins physique et psychologiques :

  • Hypno thérapie : soigne en faisant appel à l’inconscient
  • L’acupuncture : utilise les flux d’énergie du corps pour guérir en plantant des toutes petites aiguilles dans la peau, de manière indolore
  • La réflexologie plantaire: stimule ou détend les organes nécessiteux grâce aux connections de la plate des pieds
  • La sophrologie : relaxation utilisant la respiration et la gestion de la pensée

Quelques pièges à déjouer

 

En premier lieu, il est important de rappeler que les médecines douces doivent être utilisées en complément de la médecine classique et ne doivent en aucun cas remplacer une visite chez le médecin et la prise d’un traitement médicamenteux.  Certains médecins pratiquent et la médecine classique et une médecine douce, comme l’homéopathie par exemple.

Cependant,  seul un médecin pourra diagnostiquer correctement la maladie avec des outils adéquats et vous fournira le traitement adapté. A partir de ce moment là, il vous sera possible d’aller voir en parallèle un praticien de médecine douce afin d’accompagner le traitement classique.

Le deuxième piège est l’honnêteté des praticiens de médecine douce. Les pratiques n’étant pas réglementées, vous pouvez facilement tomber sur quelqu’un de malhonnête qui vous escroquera. Assurez-vous donc du bien-fondé des intentions de la personne pour éviter de rencontrer de mauvaises surprises ou de ne pas bénéficier de traitement.

Troisièmement, les médecines douces coûtent cher et ne sont pas remboursées par la sécurité sociale (hormis certains médicaments homéopathiques). Prenez-donc en compte les tarifs pratiqués par les différents praticiens avant d’en choisir un. Par ailleurs, certaines mutuelles remboursent une partie des frais de ces médecines alternatives, si vous souhaitez y recourir, il serait donc judicieux de vous renseigner sur ce que propose votre mutuelle et d’en changer suivant vos besoins.

Les mutuelles

Les prise en charge par les mutuelles sont encore très rares et dépendent du type de médecine douce. L’homéopathie et l’ostéopathie seront remboursés par un plus grand nombre de mutuelles que les autres pratiques par exemple.

Souvent, ce type de remboursement est pris en charge sous la forme d’un forfait annuel (par exemple 100€ d’ostéopathie par an).

Il est donc important de bien choisir sa mutuelle en fonction de ses besoins. Pour cela, vous pouvez faire appel à un comparateur d’assurances en ligne. Ce service, gratuit, sélectionnera pour vous les meilleures offres en fonction de votre situation familiale et de vos besoins.

Publié dans Eco-Santé | Pas de Commentaire »

Le burn-out, problème de société

Posté par cedseo le 30 avril 2013

Le burn-out, problème de société dans Eco-Santé 704781_36263079-300x225

Le burn-out est né en 1980 sous la plume de Herbert J. Freudenberg, un psychanalyste américain, et caractérise un sentiment d’épuisement professionnel.  Il se caractérise par différentes modifications du comportement en univers professionnel et peut être plus ou moins grave. L’expression veut littéralement dire en anglais « mort par surcharge de travail » et est étroitement liée au stress.

 

Qu’est-ce que le burn-out ?

Le burn-out est donc un épuisement moral et physique touchant toutes les catégories de salariés et se soignant par un arrêt de travail long associé à un traitement médical et parfois même d’une psychothérapie. Les causes de cet épuisement sont la peur de se retrouver sans travail, les exigences très poussées de la part de nos supérieurs hiérarchiques, la difficulté à faire la part des choses entre travail et vie privé…

 

Comment se traduit-il ?

Il faut être très vigilant pour parvenir à déceler les signes d’un burn-out. En effet, il est difficile d’admettre que la situation ne va pas s’arranger si on ne prend pas de mesures radicales. Les comportements suivants devraient vous alertés :

-          Oublis de rendez-vous

-          Irritation au travail et dans la vie privée

-          Coupure social : amis, famille

-          Impression de trop peu de reconnaissance

-          Travail de plus en plus soutenu sans progression des résultats

-          Déprime, démotivation

Pris dès les premiers stades, le burn-out peut être évité. Voici les phases traversées généralement par les personnes souffrant de burn-out :

1)      Performance  au top : Grande implication dans le travail, envie de bien faire, objectifs élevés mais joie de travailler, bonne résistance au stress et à la pression. Vous êtes très consciencieux et souhaité bien faire et être aimé de tout le monde.

2)      Investissement trop grand dans le travail : Le travail et de plus en plus dur et vous n’en voyez des fois pas le bout. Vous perdez l’envie de vous donner à fond, en rentrant chez vous vous êtes épuisé, incapable de faire autre chose. Vous commencez à avoir des maux de tête et des douleurs musculaires.

3)      Perte de l’estime de soi et dégradation des performances : Vous n’avez plus confiance et vous manquez d’énergie pour tout. Vous avez des maux de ventre et d’autres troubles qui vous empêchent de bien réaliser vos taches quotidiennes.

4)      Perte d’énergie : Vous perdez goût à la vie, au bord de la dépression et sujet à des crises d’angoisses et à des douleurs physiques.

5)      Burn-out : Votre corps refuse de continuer, vous avez trop donné il faut que vous récupériez votre énergie.

 

Comment y remédier ?

Pour s’en sortir, il faut se faire aider. Si vous reconnaissez une situation de Burn-out prenez tout d’abord rendez-vous avec votre médecin traitant qui vous aiguillera sur la marche à suivre. Vous pouvez également en parler au médecin du travail qui lui pourra contacter la direction de l’entreprise pour résoudre le problème à sa source.

A défaut d’arriver à mieux supporter le stress, certains salariés ont choisi d’éviter d’effectuer certaines taches pour protéger leur santé. Le département des Affaires Régionales  de l’Economie et de la Santé (DARES) a réalisé une étude début avril 2013 et a trouvé que 12% des salariés auraient eu recours au refus de taches pour préserver leur santé. Cette décision n’est pas sans fondement puisque 17% d’entre eux auraient été victime d’un accident de travail dans l’année précédent l’enquête. Mais il n’est pas donné à tout le monde la chance de pouvoir choisir les taches à effectuer.

 

 286892_1436-300x204 dans Eco-Santé

Le rôle de la sécurité sociale et des mutuelles :

Si vous vivez une situation de burn-out, votre médecin vous prescrira un arrêt de travail qui sera pris en charge par la sécurité sociale au même titre que tout arrêt maladie.  Après les trois jours de carences, les indemnités journalières correspondront à 50% du salaire.

Certaines entreprises prennent en charge le versement partiel ou complet du salaire par convention collective, sous réserve que le salarié ait au moins un an d’ancienneté. Si votre entreprise ne prend pas en charge le complément de revenu, il est possible que votre mutuelle ou votre assurance santé le fasse. Ce remboursement peut être fait sous la forme d’une somme forfaitaire ou d’un pourcentage de votre salaire.

Pour connaitre les mutuelles qui remboursent le mieux le burn-out, comparer les gratuitement sur Bonne-assurance.com

 

Publié dans Eco-Santé | Pas de Commentaire »

Allergie au pollen, anticiper l’arrivée des beaux jours

Posté par cedseo le 26 avril 2013

Allergie au pollen, anticiper l’arrivée des beaux jours dans Eco-Santé 1301030_36191602-300x210

Le réseau National de Surveillance Aérobiologique (RNSA) à publié le 22 avril 2013 un bulletin d’alerte au pollen de bouleau. 88 départements Français sont placés en alerte rouge pour les allergies. De quoi faire déchanter les 20% de la population souffrant d’allergie respiratoire.

 

 

Cette année est une année particulièrement dure pour tous les allergiques, et pour les autres aussi.  Le froid à tout d’abord provoqué un phénomène de blocage de pollinisation suivit de l’apparition de températures plus élevées qui ont entraînées des concentrations de pollen supérieures à la normale. Ainsi, les symptômes vont être plus élevés et risquent de toucher plus de gens. Les pollens peuvent provoquer des réactions très contraignantes chez les personnes allergiques : conjonctivite, rhinite, picotement des yeux et du nez, crises de toux ou asthme, obstruction nasale, éternuements et même maux de tête.  En augmentation depuis 20 ans, les réactions au pollen varient en fonction des personnes et de la quantité émise. La prévention, le traitement médicamenteux et la désensibilisation sont autant de possibilités pour se protéger des risques d’allergie.

 

La prévention

 

1414022_97211000-300x200 dans Eco-Santé

La prévention tout d’abord. Le plus simple est en effet d’éviter de s’exposer à ce à quoi on est allergique.

-          Eviter d’aller à l’extérieur durant les pics polliniques

-          Fermer les fenêtres chez vous et en voiture

-          Eviter de se déplacer en vélo ou en scooter ou au moins porter des lunettes

-          Eviter les sports de plein air

-          Se laver les cheveux et le nez avant de dormir

-          Ne pas étendre du linge dehors

-          Ne pas tondre le gazon

Attention, le taux de pollen augmente si il y a beaucoup de vent ou avant un orage.


Les médicaments

 

Si vos symptômes sont importants, il est conseillé d’aller voir votre médecin généraliste qui vous recommandera un allergologue. En effet, les rhinites allergiques favorisent les problèmes respiratoires et l’asthme : entre 30% et 40% des personnes allergiques au pollen risquent d’être sujette à l’asthme. Pour diminuer les symptômes, des antihistaminiques par voie orale peuvent être prescrits. Ils seront pris en cas de crise ou durant toute la période de forte concentration de pollen. Attention, ces traitements permettent de mieux supporter les crises mais ne sont pas des traitements permettant de soigner ou de limiter  l’allergie sur le long-terme. Dès la fin du traitement, les troubles reprennent et les symptômes peuvent empirer.  Le seul moyen de ne plus être allergique est de se faire désensibiliser.

 

 La désensibilisation

 

La désensibilisation ou immunothérapie spécifique est un traitement curatif contre l’allergie et est le seul traitement. Classée en tant que vaccination par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), elle est le seul traitement qui s’attaque directement à la cause du problème.

Pour qui ?

Elle s’adresse aux personnes :

-          Exposées aux risques allergènes au minimum un mois par an

-          Ayant au maximum trois allergènes différents

-          Présentant une rhinite, conjonctivite ou un asthme modéré dû aux pollens, aux acariens et aussi, mais peu souvent, aux poils de chats et chiens

-          Agées de plus de 4 ans

Le traitement sera envisagé uniquement après bilan complet chez un allergologue et après échec du traitement par médicament classique. Au cours de ce bilan, l’allergologue effectuera un test pour déterminer les allergènes dont souffre le patient, questionnera le patient sur ses habitudes de vie (tabac, pollution, animaux, environnement professionnel) et évaluera les éventuelles contre-indications au traitement.  De plus, avant de commencer le traitement, il faudra que la situation allergène soit stable. Prenez rendez-vous chez votre allergologue pour savoir si vous pouvez bénéficier d’un de ces traitements.

Les méthodes :

Il existe deux méthodes de désensibilisation :

  1. Par voies injectables : Injection sous forme de piqûres de dose progressivement croissante de l’extrait allergénique.  La phase post-injection doit être attentivement surveillée car cette méthode peut entraîner des effets secondaires indésirables.
  2. Par voies subliminales : Dépôt de gouttes de produit allergénique sous la langue. Cette méthode est majoritairement utilisée car elle est aussi efficace est présente moins de risques.

La personne allergique gagne à commencer son traitement le plus tôt possible. En effet, la désensibilisation n’est efficace qu’à long terme (trois ans minimum) et les chances pour que le problème se règle tout seul sont très faibles.

Le remboursement :

Cette pratique est remboursée par la sécurité sociale à 65% maximum, en fonction de la nature et de la durée du traitement.  En effet, la méthode subliminale n’est remboursée qu’à hauteur de 15%.

Certaines mutuelles prennent en compte le complément, en fonction de votre contrat. Pour connaitre les mutuelles qui remboursent ces pratiques, rendez-vous sur Bonne-assurance.com, les conseillères de ce comparateur d’assurance gratuit sauront vous conseiller au mieux dans le choix de votre mutuelle.

 

Publié dans Eco-Santé | Pas de Commentaire »

Premiers secours: des gestes qui sauvent

Posté par cedseo le 24 avril 2013

Premiers secours: des gestes qui sauvent dans Eco-Santé 339896_7803-300x276

Risques de noyade, accidents de la route, chutes… l’été est la période de l’année la plus périlleuse. Les jours s’allongent, les départs en vacances se multiplient et notre vigilance ne doit pas baisser. Les enfants de 10 à 14 ans sont les plus concernés par ce phénomène.  L’arrivée des beaux jours est donc une bonne occasion de rappeler les gestes qui sauvent.

Le secourisme signifie secourir des victimes d’accident. Pratiqué par un professionnel ou un bénévole, il ne s’improvise pas. Pour secourir efficacement, il est nécessaire d’avoir été formé par un organisme spécialisé. Vous apprendrez  notamment la position latérale de sécurité (PLS), la réanimation et le point de compression pour stopper un saignement.

Voici les gestes à effectuer si vous êtes face à un accident:

  1. Sécuriser les lieux de l’accident
  2. Déterminer l’état de la personne  (vérifier le pouls et la respiration)
  3. Alerter (les pompiers au 18, le SAMU au 15, les urgences européennes au 112)
  4. Effectuer les gestes de premiers secours

Les risques de l’été

 

Durant l’été, la vigilance doit se concentrer sur les noyades, les piqûres et les coups de chaleur, il en va de votre santé.

La noyade est l’une des principales causes de décès par accident chez les enfants. Pour l’éviter, la surveillance est la première précaution à prendre. Il est également conseillé d’équiper votre enfant de bouées ou brassards.

Les piqûres d’insectes et morsures ne sont pas dangereuses pour la santé si elles sont soignées rapidement,  mais sont souvent douloureuses. Attention alors aux différents insectes mais aussi aux oursins, vives, méduses et aux animaux rampants.

Les coups de chaleur ou insolations sont fréquents l’été. Ils touchent en particulier les seniors et les jeunes enfants. Boire régulièrement, ne pas s’exposer au soleil entre 12h et 16h, se couvrir la tête…sont autant de gestes simples qui doivent être respectés pour éviter tout risque d’insolation. Si vous désirez pratiquer une activité physique, commencez par une activité courte avec un entrainement régulier. Ne buvez pas d’alcool dans les 24h avant l’épreuve et portez des vêtements adaptés (couleurs claires, casquette…)

 

Les risques les plus courants

 

L’étouffement, le saignement, l’inconscience, l’arrêt cardiaque sont des risques de la vie courante.

En cas d’étouffement il faut agir vite, des claques dans le dos  ou des compressions abdominales peuvent permettre aux voies respiratoires de se déboucher.

Un saignement continue affaiblit considérablement une personne et doit être évité lorsque cela est possible. Protégez vos mains (gants, linges) et exercez une pression sur la plaie. Si vous avez besoin de vous libérer pour appeler les secours par exemple, placer un tampon relais sur la blessure.  Le tampon relais peut être fait à partir d’un linge et doit entourer complètement la blessure. Il doit être convenablement serré afin de stopper ou du moins limiter le saignement.

En cas d’inconscience, il sera nécessaire de vérifier que les voies respiratoires sont bien dégagées et de placer la personne en position latérale de sécurité. Ainsi, les risques d’étouffement sont évités en cas de vomissement.

L’arrêt cardiaque est une perte de conscience avec arrêt du pouls. Traité rapidement et avec des gestes adaptés, il peut ne pas conduire à la mort. Le massage cardiaque doit être pratiqué et en cas d’échec, peut conduire à l’utilisation d’un défibrillateur.  Le défibrillateur permettra au cœur de reprendre son rôle de pompe sanguine afin d’envoyer le sang dans le reste du corps.
1193410_78573924-300x228 dans Eco-Santé

Comment se former aux premiers secours ?

 

Il vous est possible de passer la Formation Prévention et Secours Civique de niveau 1 (PSC 1). Vous apprendrez les réflexes à avoir en cas d’accident : donner l’alerte, que faire en cas d’étouffement, de saignement, d’inconscience, de malaise, de traumatisme.

La formation dure une dizaine d’heures, qui peuvent s’effectuer en continu durant un week-end par exemple ou sur demi-journée. Toute personne de plus de 10 ans peut s’y former.  Différents organismes proposent ces formations tels que la Croix-Rouge ou la Protection Civile.  Le coût est compris entre 50€ et 60€ est peut être pris en charge par votre entreprise par exemple.

Si vous suivez une de ces formations, certaines mutuelles vous offriront un forfait « premiers secours » pour les actes de prévention.

Publié dans Eco-Santé | Pas de Commentaire »

Le système de tiers payant

Posté par cedseo le 10 novembre 2011

Si vous êtes assuré par une assurance santé, le système de tiers payant vous permet de ne pas avoir à avancer les frais de soins médicaux. Ce sont en effet directement la Sécurité sociale et votre mutuelle qui remboursent vos frais de santé grâce à un accord entre les professionnels de santé, la Sécurité Sociale et les mutuelles.

Il existe deux types de tiers payant, le tiers payant « Sécurité Sociale » et le tiers payant « mutuelle ». Dans le cas du tiers payant « mutuelle » l’assuré n’avance aucun frais de santé car le tiers payant couvre les consultations en hôpitaux ou centres de santé, les frais d’hospitalisation, les frais chirurgicaux s’ils dépassent 91 euros, les frais de transport, et les frais de médicaments en pharmacie. Cependant, dans ce dernier cas, si vous refusez un médicament générique, le pharmacien est en droit de vous refuser l’application du tiers payant.

Il faut savoir que le tiers payant n’est pas obligatoire, vous pouvez ne pas le prendre au moment de la souscription de la mutuelle. Beaucoup de mutuelles comme la mutuelle optique incluent le tiers payant dans les garanties, mais certaines ne le proposent pas, ou bien en option, ce qui permet si vous n’en avez pas l’utilité, de ne pas prendre le tiers payant et par conséquent payer moins cher votre cotisation mensuelle pour votre mutuelle familiale.

Le tiers payant est donc un système très utile et pratique mais à vous de savoir si vous en aurez vraiment l’utilité afin d’avoir la possibilité de ne pas le prendre et donc de payer moins cher votre cotisation mensuelle. Pour consulter les différentes mutuelles qui proposent cette possibilité de ne pas avoir le tiers payant, vous pouvez avoir recours à un comparateur de mutuelle santé en ligne grâce auquel en quelques minutes vous trouverez les différentes mutuelles qui proposent ce procédé.

Publié dans Eco-Santé, Mutuelles et remboursements | 1 Commentaire »

Un journal anglais publie les résultats de la thérapie génétiques pour les bébés bulle

Posté par cedseo le 17 août 2010

Les bébés bulle sont des enfants qui naissent sans défense immunitaire et qui sont donc obligés de vivre en chambre stérile. Le greffe de moelle oiseuse est le seul remède à cette maladie. Mais il faut trouver un donneur compatible et que la greffe fonctionne.

Pour lutter encore plus efficacement contre cette maladie les scientifiques axent leurs recherches sur la thérapie génétique. Après de nombreuses années et des échecs, les chercheurs sont fières d’annoncés leurs résultats plutôt concluant.

Sur les neuf enfants traités en France huit ont repris une vie normale et ne sont plus obligés de vivre en chambre stérile. La communauté internationale s’est beaucoup entraidé sur ce sujet ce qui a permis d’obtenir de tels résultats. Dans d’autres pays des enfants ont reçus ce traitement.

La recherche continue afin que le traitement soit parfait. C’est un grand espoir et un grand pas pour les malades et les chercheurs.

Publié dans Eco-Santé | Commentaires fermés

Le droit à la santé pour tous

Posté par cedseo le 5 août 2010

La députée maire de Saint-Paul Huguette Bello a récemment demandé au gouvernement à propos du droit à la Couverture Médicale Universelle (CMU) pour les personnes âgées et les Allocations aux Adultes Handicapés (AAH) puisque leur cas est souvent refusé quand leur demande dépasse seulement de quelques euros de leur droit.

Le parlementaire a destiné une lettre à Madame la Ministre de la santé et du sport illustrant que, vu que la couverture maladie universelle soit un réel avantage dans accès identique aux soins pour tous tandis que ce n’est pas toujours le cas pour les AAH et les titulaires du minimum de vieillesse. Alors que le faible montant de leur allocation ne leur permet pas d’adhérer à une mutuelle privée.

Et même qu’il n’est pas facile d’ignorer pour les personnes concernées et qui vivent dans les départements d’outre-mer puisque les soins sont de plus en plus chers.

Mais face à la crise, les aides destinées aux plus modestes sont insuffisantes même en sachant qu’il existe une aide forfaitaire affectée à l’acquisition facile d’une complémentaire santé. Tandis que pour les cas des personnes titulaires de l’AAH et du minimum de vieillesse, cet accès à la complémentaire santé tend à être carrément supprimé.

La question finale de la députée a été claire : « quand le gouvernement va-t-il intégrer dans le champ d’application de la CMU complémentaire les personnes titulaires de l’AAH, du minimum vieillesse et de l’allocation versée au titre du fonds de solidarité vieillesse ? »

Publié dans Eco-Santé | Commentaires fermés

Prendre le volant sous médicaments

Posté par cedseo le 21 juillet 2010

driver.jpg

L’AFSSPS (Agent Française de Sécurité Sanitaire des produits de Santé) vient de publier une brochure très complète sur les médicaments pouvant gêner les conducteurs.

Trois types de dessins aperçus sur les boîtes de médicaments doivent être pris en compte :

  • Un icône jaune recommande d’être prudent et de ne pas prendre le volant avant d’avoir lu la notice du médicament
  • Un pictogramme orange signale d’être très prudent et de ne conduire qu’après avis d’un médecin
  • Un icône rouge comme il se doit, est plus directif puisqu’il interdit impérativement de conduire

La rubrique conducteurs et utilisateurs de machines dans la notice de médicament est à tenir compte puisque celle-ci prévoit les effets et autres troubles que peuvent faire le produit au conducteur.

Publié dans Eco-Santé | Pas de Commentaire »

Une avancée dans la recherche d’un vaccin contre le sida

Posté par cedseo le 20 juillet 2010

Le virus du sida touche tous les pays du monde et se propage très vite. Il a fait son apparition en France en 1981. De nombreuses recherches ont été effectuées pour trouver un vaccin. Mais les échecs se suivent et de nos jours aucun vaccin n’a été trouvé.

Mais une lueur d’espoir provient de chercheurs américains qui ont découvert deux cellules capables de lutter contre le virus. Le sida s’attaque au système immunitaire qui protège les personnes des maladies. Plus précisément il affecte les lymphocytes T CD4 les éléments les plus importants du système.

Ces cellules ont été découvertes dans le sang d’un porteur du VIH. Elles sont très rares mais l’étude prouve que les humains sont donc capables de produire cette cellule. La lutte contre le sida continue partout dans le monde.

Publié dans Eco-Santé | Commentaires fermés

Un programme d’aide aux personnes atteintes d’hypertension va être testé

Posté par cedseo le 5 mai 2010

hypertension 

L’hypertension est un problème de santé publique. Elle touche 14.4 millions de français de plus de 35 ans soit 30% des adultes. Un français sur deux devient hypertendu après 65 ans. Cette maladie a de grave conséquence comme les maladies cardiovasculaires. De nombreux blogs et sites internet ont apparus pour venir en aide aux personnes malades.

Afin de lutter contre ce phénomène la FNMF (fédération nationale de la mutualité française) a soumis un programme de prévention. Il est conseillé en prévention de cette maladie de pratiqué une activité physique régulière, d’arrêter de fumer et une réduction de la consommation d’alcool et de sel. Mais ces conseils méritent des points d’amélioration. Le programme sera mis en place dans deux zones test : le sud de Paris et Saint-Etienne sur une durée de un an. Il sera axé sur trois modules très important : module d’éducation thérapeutique, module d’activité physique et un module arrêt tabac, équilibre alimentaire. Ce programme a pour but de venir en aide aux patients de leur apporter des conseils et un soutien. Les patients concernés par ce programme sont les hommes de plus de 45 ans et les femmes de plus de 50 ans.

Le programme a été élaboré en partenariat avec la Priorité Santé Mutualiste et sera diffusé par six mutuelles : Eovi, Matmut mutualité, MGEFI, MGEN, mutuelle familiale et Prévadies.

Les organismes de mutuelle santé désirent retrouver leur rôle d’acteur de la santé et non de payeur aveugle. Elles souhaitent être à l’écoute de leurs adhérents, proche d’eux et ainsi les accompagner et les aider dans toutes leurs démarches.

Publié dans Eco-Santé | Commentaires fermés

12
 

Ostéopathe à Paris |
Blog mutuelle - Blog assura... |
L' enfant A Venir |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Une maladie invisible, mais...
| SANTENERGIE
| Blog - Mutuelle sante